Devenu LE rendez-vous de fin Juillet en à peine 3 éditions, le festival Lollapalooza se tenait le week-end dernier à l’hypodrome de Longchamp. Réunissant plus de 95 000 festivaliers, l’évènement proposait en tête d’affiche les cèlebres The Strokes, les rappeurs Américains Migos ou encore le puertoricain Bad Bunny.

Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour la planète #Lollaplanète

Grâce à la présence de plus de 11 associations, le public, jeune, a pu profiter de la musique tout en étant sensibilisé. Aux allures ludiques, les stands proposaient d’apprendre tout en repartant avec un petit goodies, que ce soit la couronne de fleurs confectionnée sur place ou le cendrier pour éviter de jeter son mégot. 

En cette chaleur estivale, la question de l’hydratation était à l’honneur et pas moins d’une centaine de points d’eau potable a été installée. Quel bonheur de se désaltérer après avoir chanté toutes les paroles des chansons d’Orelsan ou IAM. 

Petit bémol de son ? La solution karaoké !

La disposition des scènes du festival est quasi restée identique. Seule la Perry’s stage, dédiée à l’électro, a été repensée en terme d’écran mais toujours pas de revêtement au sol. Elle reste installée sous un chapiteau à l’autre bout des deux main stages. Le son se diffuse bien et les basses sont correctes. Malheureusement, c’est plus difficile du côté des deux scènes principales. Soit trop bas, soit trop fort et saturé, un réel problème a été pointé du doigt et ce, sur plusieurs concerts. Fort heureusement, les fans les plus fidèles connaissaient les paroles et continuaient leur concert tranquillement.

Grosse différence également au niveau de l’ambiance. Hormis les 3/4 du premier rang, le public devant les mainstages était très chill. Il semblait vouloir profiter de la performance en tant que spectateur plutôt que festivalier. Pas de gros pogos, même sur Migos.

 

La french touch, LollaParis

Finalement, ce côté style chill tranquille bobo correspond bien à nous autres Parisiens. Et les prix des consos aussi !

Bien que le festival soit une marque Internationale, on a vu cette année beaucoup moins d’américains et de tenues « coachella style ». Quelques hispanophones ont toutefois fait le déplacement pour la méga star latin : Bad Bunny. 

 

Conseils pour l’an prochain

  • Ayant lieu le 17 et 18 Juillet 2020, prenez votre place dès maintenant à 99€ les deux jours au lieu de 160 !

A propos de l'auteur

Sony B

Passionnée par la musique et les réseaux sociaux, c'est avec enthousiasme que j'effectue les live reports pour Azikmut !

Laisser un commentaire