Samedi 7 septembre, de 14 heures à 6 heures du matin, plus de 3000 personnes se sont rendues au BAAM festival (Bureau d’accueil des migrants) à Saint Denis pour mélanger culture, musique et bonne ambiance. Une initiative qui nous a permis d’apprendre directement des principaux concernés les problèmes qu’ils traversent au quotidien et tout ça dans la bonne humeur, la bienveillance et le respect.

Avec des stands, tables rondes, des questions-réponses ainsi que des ateliers, nous avons pu se renseigner sur un sujet plus que présent dans notre société en écoutant, échangeant et se divertissant. Le BAAM nous rappelle encore une fois que l’on ne naît pas activiste, mais qu’on le devient. Le festival nous permet donc de sensibiliser sur plusieurs générations, un problème qui persiste et mérite de l’attention. 

Entre larmes, rires et déhanchés sous la musique, le festival a su faire de sa première édition un cocktail parfait et inoubliable pour les jeunes gens qui ont répondu à l’appel. De quoi nous prouver que la vie commune n’est plus un idéal, mais une réalité qu’on approche à petit pas si nous luttons tous ensemble pour les droits de chacun.

De plus, si ce festival a réussi à attirer autant de monde en si peu de temps (il était sold out!) il a aussi attiré plus d’un artiste. Une line up exceptionnelle était là pour elle aussi soutenir la cause, de Youssoupha, Yanis, à Nekfeu le parrain officiel. Celui-ci a d’ailleurs mis le feu vers 23h pour finir la soirée en beauté à l’aide de ses amis d’enfance, eux aussi artistes et activistes de la cause de migrants, 2zer Washington, Mecra, Framale du S-crew ou encore Alpha Wann de 1995 et Doums de l’Entourage, de quoi faire concurrence à la performance spectaculaire des « 12 travelos d’Hercule » !

© www.laureplayoust.com

Enfin, la mise en scène était elle aussi travaillée, rien n’étant laissé au hasard ; les artistes se partageaient trois scènes qui portaient toutes un nom important; « scène justice », « scène solidarité » et « scène liberté », qui donnent la recette de réussite de tout combat juste et nécessaire dans notre société moderne. Si vous voulez les encourager vous pouvez les suivre sur les réseaux : @BAAMasso sur Twitter et Instagram, et faire vos dons sur leur site internet BAAMasso.org. Le combat pour la justice continue !

Le BAAM festival a clôturé la saison des festivals de manière innovatrice et brillante, on croise les doigts pour une prochaine édition l’année prochaine en espérant vous voir encore plus nombreux. 

A propos de l'auteur

Amelia

Étudiante en communication avec une spécialisation dans les médias, je me suis naturellement tournée vers la musique et l'écriture dans l'espoir d'en apprendre toujours plus!